Je me suis souvent demandée ce qu’était l’amour… étant moi-même depuis toute petite une grande amoureuse de la Vie ! Mes lectures, mes écoutes, mes échanges m’ont permis de repérer 2 grandes sortes d’amour.

 

Le premier, je l’appellerai l’amour affectif.

Lorsque l’on discute, on se rend compte assez simplement que nos échanges portent sur ce que l’on aime ou pas, sur ce qui nous fait plaisir ou sur ce qui nous déçoit.

Aussi, dans nos pensées, celui qui prend une importance non négligeable est l’être aimé ou le désir d’être aimé. D’ailleurs depuis petit, on a tous besoin d’être aimé !

Alors pourquoi on ressent si fortement ce manque d’amour quand on n’en a pas.

Si on revient sur nos premières années de Vie, très vite, on a pu remarquer consciemment ou inconsciemment, qu’on allait nous dire ce qui était bien de dire ou de faire. Aussi, si on respectait tout cela tel un enfant modèle, nous allions recevoir de l’amour et de la reconnaissance de nos parents, de nos instituteurs,…

A l’adolescence, c’est pareil, si on voulait faire partie d’un groupe, d’une communauté, il fallait être d’accord avec l’ensemble, difficile de dire ce que l’on pensait car on avait trop peur d’être rejetée.

Quand on arrive dans la vie, on a toujours ce besoin d’amour, de reconnaissance et s’ajoute à cela la peur du jugement… avec une telle recette, nous essayons de rentrer dans le moule de la société, de notre entourage. On subit notre vie plus qu’on ne la choisit. On la subit puisqu’on est attaché à l’amour de l’autre, on ne veut pas se séparer ou être séparé alors on rame… on fait avec et les jours, les mois, les années passent.

On peut rester toute une incarnation avec cet amour dans cette dépendance et cet attachement, jamais réellement satisfait.

Vous allez me dire ok mais alors on fait quoi avec ce manque d’amour ?

Et bien justement on n’a rien à faire ! « juste » à être !

Je pense qu’à un moment donné, si nous faisons le choix de le vivre, nous allons dire stop à cette vie d’amour affectif, d’attentes et de déceptions.

L’idée va être de vibrer autrement, l’amour sous conditions va se transformer en Amour inconditionnel.

Ce besoin d’amour, je suis allée le chercher comme beaucoup dans l’autre et je ne savais pas qu’il était à l’intérieur de moi.

Dans mon cheminement, à travers différentes épreuves, j’ai pris conscience que la vie pouvait être autre chose que ce que l’on m’avait transmis depuis toujours.

J’ai ressenti que je n’étais pas que ce corps physique avec ma personnalité, que j’étais autre chose que quelqu’un qui faisait, et qui faisait toujours plus ! et je n’avais même pas conscience que je faisais tout cela pour recevoir de la reconnaissance et exister à travers les autres.

J’ai compris petit à petit qu’il y avait une petite flamme à l’intérieur de moi qui n’attendait qu’une chose… grandir !

J’ai pu prendre de la hauteur sur ce que je vivais et réaliser pourquoi je vivais ces expériences. Une fois ces éclairages sur mes modes de fonctionnement et références réalisés, grâce en particulier à une tierce personne, j’ai ressenti ce qui vibrait en moi. J’ai compris progressivement la Vie et ses fonctionnements, les différentes lois universelles qui nous guident sans qu’on ne le sache vraiment.

Aujourd’hui je n’ai plus rien à prouver, je suis dans mon juste et l’Amour grandit en moi et celui-ci est de plus en plus un Amour inconditionnel.

Je découvre tous les jours un peu plus qui je suis et je deviens l’être que je suis, en confiance avec la Vie et sereine.

Je suis passée de « je fais pour avoir de l’amour et de la reconnaissance » à « je suis dans l’Amour et je peux en donner sans effort ».

Je n’ai alors plus besoin d’être en couple mais j’ai enVie d’être avec cette personne.

Je terminerai cet article par un poème de l’écrivaine Emanuella PACIFI  qui résume très bien ma pensée :

Je n’ai pas besoin de toi

Je n’ai pas besoin de toi.
J’ai envie d’être avec toi.
Je n’ai pas d’espaces vides à remplir, j’ai des espaces à partager.
Je ne m’attends pas à ce que tu me rendes heureuse, je veux sourire de ta joie et te faire sourire de la mienne.
Je ne suis pas à toi et tu n’es pas à moi.
Je suis complète même sans toi, tu es parfait même sans moi.
Je ne mourrai pas si tu pars, tu n’arrêteras pas d’être heureux si je pars.
Je ne te charge pas de la responsabilité de ma satisfaction personnelle.
Je t’accueille comme miroir et messager, je t’offre mes yeux pour enquêter dans les tiens.
Je ne m’attache ni ne me laisse pas attacher par le besoin d’être aimée, par la peur de l’abandon.
Je ne suis pas seule sans toi, tu n’es pas perdu sans moi.
Nous sommes deux merveilleux et précieux univers, complets, parfaits, qui se rencontrent pour créer de nouveaux mondes.
Je ne fermerai pas les portes et les fenêtres pour te garder à côté de moi.
Je ne te laisserai pas limiter mon vol.
J’honore ta liberté en choisissant la mienne chaque jour.

-Emmanuela Pacifici